shopifyanalytics ecommerce tracking
Division

Division : séparation de touffes

Division, éclatage, drageonnage, œilletonnage, séparation de touffes , repiquage de stolons, sont autant de termes pour désigner des opérations de multiplication des plantes du jardin ; la technique de base est la séparation des grosses touffes en morceaux plus petits.
Contrairement aux techniques déjà évoquées précédemment, nous disposons ici, la plupart du temps, de pousses racinées. Autant dire que nous mettons toutes les chances de réussite de notre côté. En fait, il suffit qu’un fragment de plante dispose de racines et d’un bourgeon pour qu’il produise une nouvelle plante. Nous avons affaire, ici encore, à une multiplication du type végétatif, la fécondation n’intervenant pas.

séparation de touffes

Les avantages de la séparation de touffes

Signalons en premier lieu la facilité et le fort pourcentage de réussite (en moyenne près de 100 %). Mais avec cette technique c’est la possibilité de peupler rapidement le jardin d’espèces intéressantes à très bas prix, avec une rapidité de culture excellente (chez les plantes vivaces, lés espèces divisées ne subissent aucun arrêt de végétation). De plus, la division permet de rajeunir les vieilles touffes et d’augmenter l’intensité de floraison des plantes, tout en les assainissant (on peut, avec ce procédé, séparer les parties malades des parties saines).
C’est aussi le procédé le plus pratique pour modeler à volonté la forme et la disposition des massifs (on réduit l’importance d’une espèce dans un lieu, on l’implante ailleurs, etc.).

Les inconvénients de la séparation de touffes

Ils viennent surtout du fait que beaucoup de plantes n’acceptent pas cette méthode. Seuls les plantes vivaces et les arbustes buissonnants peuvent être multipliés de cette manière. On peut aussi reprocher à certaines méthodes de division de favoriser l’émission de rejets (notamment chez les fraisiers) et particulièrement à celle-ci de ne pouvoir se pratiquer systématiquement chaque année, puisqu’il faut attendre que les touffes se reconstituent (ce qui limite les possibilités de multiplication à environ une fois tous les 3 à 4 ans pour les plantes vivaces et les arbustes).

Les conditions de réussite

Elles sont essentiellement liées à la physiologie de la plante. Il est impensable de réaliser une division avec une plante qui forme un tronc unique. On a donc besoin de disposer de tiges racinées en nombre suffisant pour que la technique fonctionne (au pire, un bourgeon avec des racines peut convenir). Il faut également que la plante soit vivace (et donc qu’elle vive plusieurs années), sinon l’opération n’aurait aucun sens.
En théorie, un seul pouce peut être utilisé pour la division. Mais bien souvent, on se donne plus de chances en utilisant un groupe de tiges avec leurs racines (c’est le cas pour la plupart des vivaces). En pratique, on se servira de morceaux de 5 cm de longueur minimale, ce qui donne un bon pourcentage de reprises.
Contrairement aux boutures, aux marcottes et aux semis, il n’est pas nécessaire d’utiliser un substrat spécial lors de la séparation des touffes. Les racines étant déjà développées, il suffit que la jeune plante soit dans des conditions de culture satisfaisantes pour qu’elle reprenne. Il est toutefois préférable d’alléger un peu la terre et surtout de bien préparer le carré qui va recevoir les nouvelles plantes, afin qu’elles poussent rapidement et s’installent sans souffrir.
Comme pour toute multiplication, la présence d’humidités favorise bien sûr la reprise, et dès que les morceaux de touffes seront mis en place, il sera nécessaire de les arroser copieusement.

La physiologie de la séparation de touffes

On profite avec cette technique de la faculté qu’ont certaines plantes d’émettre de nouvelles tiges depuis la partie souterraine (souche), ou de se développer en largeur en formant des pousses à partir de racines traçantes (le chiendent en est l’exemple parfait), de rhizomes (Iris) ou de stolons (fraisiers).
En bref, il suffit de disposer d’un fragment raciné pour obtenir, en quelques semaines, une plante identique à l’espèce (ou même la variété d’origine) qui va fleurir très rapidement et se comporter à nouveau comme une plante indépendante qui grossira et pourra à son tour être divisée.
Chez les plantes vivaces, on peut même considérer que la division est une nécessité, les plus grosses touffes devenant moins florifères au fil des années. Il faut d’ailleurs noter que, sur ces plantes qui s’étalent, les parties jeunes sont toujours situées à la périphérie de la touffe, ce sont donc ces pousses qu’il faut, prélever en priorité afin de vraiment redonner « du sang neuf » à la plantation. Si vous prenez bien soin de toujours essayer de rajeunir votre plantation, la division de touffes ne devrait jamais produire de phénomène de dégénérescence.

About the author

hadd62

Add Comment

Click here to post a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Follow us

Don't be shy, get in touch. We love meeting interesting people and making new friends.