shopifyanalytics ecommerce tracking
Multiplication des plantes ligneuses

Multiplication des plantes ligneuses

multiplication , mimosa
mimosa

On entend par plantes ligneuses toutes les espèces ayant des parties en bois (souche, branches, tronc, etc.). Sont donc inclus parmi les plantes ligneuses des arbustes, des arbrisseaux, des arbres, des conifères, des plantes grimpantes et certaines plantes plus petites appelées sous-arbrisseaux (comme la pervenche) qui sont une transition entre les plantes vivaces herbacées et les arbustes.
La plupart des plantes ligneuses sont relativement difficiles à multiplier. Certaines requièrent une technique « de haut vol », comme certains greffages, d’autres sont lentes à reprendre ou à se développer. C’est ce qui explique leur prix relativement élevé chez les pépiniéristes.
En tant qu’amateur, il faut faire preuve de patience et considérer ces tentatives de multiplication comme des expériences passionnantes et non comme une véritable volonté de faire des économies sur une culture. Se dire que l’on va faire des boutures de thuya pour entourer son jardin est une vue de l’esprit. Il y a beaucoup trop de risques en cours de culture. En revanche, essayer de multiplier cette même plante afin de « boucher » certains trous dans la haie ou de l’agrandir un peu est sans aucun doute plus raisonnable.
Nous vous proposons de découvrir ici les méthodes les plus efficaces de propagation des plantes ligneuses, celles qui ont fait leurs preuves auprès des professionnels. Mais rien ne vous interdit d’essayer «d’inventer» de nouvelles techniques, et tant mieux si cela réussit…

Multiplication par semis

C’est une méthode de multiplication encore assez utilisée pour les arbres (uniquement les espèces, pour les variétés il faut le plus souvent greffer). La stratification des graines est presque une obligation (soit dans de l’eau, soit dans du sable). Ensuite il faut faire preuve de patience, car la croissance est, généralement, d’une lenteur désespérante. Le principal avantage du semis, c’est qu’il permet, à partir d’un investissement minimal (un sachet de graines d’arbres coûte une vingtaine de francs), d’obtenir une grande quantité de plantes.
Le principal inconvénient c’est l’obtention d’une population hétérogène avec des sujets plus ou moins biscornus, d’une vitesse de croissance variable et qui peuvent présenter une différence notoire dans leur port ou leur aspect.

Multiplication par bouturage

C’est la technique la plus utilisée pour propager les arbustes et même certains arbres ou conifères. Aujourd’hui, les techniques professionnelles permettent d’enraciner beaucoup plus de plantes que par le passé (grâce aux hormones, aux brumisations ou au brouillard).
En règle générale les arbustes à feuilles persistantes se bouturent en juillet-août (boutures demi-aoûtées) et les arbustes à feuilles caduques se bouturent en hiver (à bois sec) ou en avril-mai (bouturage herbacé).
L’avantage c’est l’obtention d’une population homogène, à croissance relativement rapide, et aussi l’investissement presque nul pour le matériau il suffit de prélever un ou deux rameaux de la plante qui vous intéresse chez un voisin).
L’inconvénient du bouturage des plantes ligneuses, c’est qu’il est parfois difficile et nécessite un minimum d’équipement (une terrine chauffante, une mini-serre par exemple).

Multiplication par marcottage

marcottage
marcottage

Il est surtout réservé aux plantes grimpantes, mais certains arbustes le subissent aussi avec succès. C’est une technique assez peu employée par les professionnels, mais qui convient parfaitement aux amateurs, car même si elle ne produit qu’un petit nombre de plantes nouvelles, elle garantit la reprise presque à coup sûr. De plus, les plantes obtenues par marcottage ne subissent pratiquement aucun contrecoup dans leur végétation et poussent rapidement dès que les racines sont formées.
L’inconvénient majeur, c’est surtout l’impossibilité de multiplier beaucoup d’espèces par cette méthode et, aussi, un certain laps de temps pour l’obtention du plant (il faut compter en moyenne six à douze mois).

Multiplication par division de touffes

Il faut avoir affaire à des arbustes drageonnants ou des souches à départs multiples pour utiliser cette méthode avec les plantes ligneuses. En revanche, les sous-arbrisseaux (pervenche, millepertuis, bruyère, etc.) s’accommodent fort bien de cette technique.
Son principal avantage est sa simplicité et la certitude d’une bonne reprise. C’est la multiplication idéale pour les débutants. Les inconvénients viennent surtout de la tendance encore plus drageonnante des plantes multipliées par cette technique, et aussi des bouleversements que subissent les plantations, puisqu’il faut arracher les pieds mères.

Multiplication par greffage

C’est la technique adoptée pour propager les variétés (feuillages colorés, ports particuliers) des arbres, conifères, et même souvent arbustes. C’est aussi la seule bonne méthode pour multiplier les variétés modernes de rosiers.
Différentes méthodes seront utilisées parmi celles présentées au chapitre greffage page 31). La difficulté consiste au départ à disposer d’un porte-greffe compatible et bien formé. La technique la plus simple c’est de semer des graines de l’espèce type pour obtenir des francs et, ensuite, de prélever les greffons sur la variété à multiplier, puis faire l’assemblage. Vous trouverez aussi dans le commerce de plus en plus de jeunes plants (en pots) qui peuvent faire d’excellents porte-greffe (notamment chez les conifères).
L’avantage du greffage c’est le grand éventail des possibilités offertes pour créer des formes originales et modeler une plante à volonté. Chez les plantes ligneuses, il donne aussi un surcroît de vigueur et améliore la longévité.
En revanche, les inconvénients sont dus, essentiellement, à la difficulté de la technique et aux nombreuses incompatibilités entre porte-greffe et greffons qui compromettent l’assemblage.

À chaque plante sa technique de multiplication

Voici, plante par plante, les techniques de multiplication et les conseils pour réussir la multiplication des plantes ligneuses du jardin d’agrément.

Abies (conifère connu sous le nom de sapin)

Abies
Abies

Il est surtout multiplié par semis. Le greffage est nécessaire pour obtenir des variétés à feuillage bleu ou port pleureur. Le porte-greffe est un semis de deux ans (Abies alba, Abies concolor, Abies nordmanniana). Utilisez la greffe en placage (par rameau détaché) en juillet-août. Laissez sous film en plastique (en mini-serre ou sous tunnel) dans un endroit assez ombragé, jusqu’au printemps suivant. Rabattez la moitié de la partie du porte-greffe située au-dessus de la greffe et palissez la jeune pousse sur l’onglet restant.

Difficulté : semis ** greffage ****

Acacia (mimosa, arbre persistant à fleurs)

mimosa
mimosa

Le greffage enfe-nte, sur un porte-greffeissude semis (deux ans), s’effectue en avril. Il permet d’habituer le mimosa aux terrains plus calcaires (dans ce cas utilisez comme porte-greffe Mimosa des quatre saisons, Acacia Retinoides) et surtout de propager les variétés à grandes fleurs. Greffez sous abri, pour faciliter la reprise. Vous pouvez aussi utiliser la greffe marcotte, en juillet, si vous trouvez des greffons sur un sujet buissonnant.

Difficulté : semis * greffage ***

Acer (érable, arbre à feuillage caduc)

Acer
Acer

Le semis est la technique la plus répandue. Semez en mars, en pleine terre et en ligne, dans un sol bien préparé. Le greffage est utilisé pour propager les espèces à feuillage coloré ou lacinié, de même que les érables à port pyramidal. Greffez en écusson à œil dormant, en été (de mi-juin à fin août), sur des porte-greffe issus de semis (1 an) de la même espèce que la variété à propager. Choisissez les greffons sur des pousses bien verticales. Évitez que l’écorce du porte-greffe ne recouvre trop le petit écusson. Des boutures à bois sec sont possibles avec Acer negundo à condition de tailler la base de la bouture en biseau allongé à l’opposé d’un œil.

Difficulté : semis **. greffage **, bouturage **

Aesculus (marronnier, arbre caduc à fleurs)

Les espèces se sèment en mars-avril après avoir fait stratifier les graines sèches. Le greffage est utilisé pour la multiplication des variétés (par exemple « Atrosanguinea » sur Aesculus Pavia, pour avoir des fleurs rouge foncé). Utilisez l’écussonnage en juin, en incisant le porte-greffe (un semis de deux ans) en croix (et non en T). Serrez vigoureusement la ligature. La greffe s’effectue de préférence en tête.

Difficulté : semis * greffage ***

Ampélopsis (vigne vierge, plante grimpante caduque)

La technique la plus efficace consiste à faire des greffes anglaises compliquées sur des boutures racinées de Parthénocissus quinque folia, en hiver. Placez les plantes à chaud pendant un mois.

Difficulté: greffage ****

Aralia (arbuste d’ornement)

Aralia
Aralia

Le bouturage de racines donne les meilleurs résultats. Coupez des morceaux de jeunes racines de la longueur d’un doigt en octobre et piquez-les dans des pots remplis de terreau et de Vermiculite sous abri. Placez la culture dans un endroit pas trop fortement éclairé. La végétation commence dès le mois de mars.

Difficulté : bouturage **

Arundinaria (bambou, sous-arbrisseau, persistant)

Cette plante drageonnant abondamment, il est facile de prélever des jeunes pousses racinées, en avril ou en septembre, et de les transplanter immédiatement à l’endroit voulu. Coupez le rhizome proprement au sécateur à deux mains (c’est souvent très dur).

Difficulté : division **

Aucuba (arbuste à feuillage persistant)

Aucuba
Aucuba

Bouturez des rameaux demi-aoûtés, en août-septembre, en choisissant des jeunes pousses latérales. Placez les pousses dans des pots assez profonds remplis de terre tourbeuse. Couvrez la culture d’un film en plastique le temps de l’enracinement (environ 45 jours). L’utilisation des hormones accroît les chances de reprise. Plantez dans un nouveau pot en avril, mettez en place la troisième année.

Difficulté : bouturage **

Berberis (épine-vinette, arbuste à fleurs persistant ou caduc)

Le semis de printemps est le plus utilisé. Les boutures demi-aoùtées en août-septembre (de préférence à talon) donnent d’excellents résultats. Le bois ne doit pas être trop tendre. Les plants bouturés sont mis dans une terrine couverte, à forte hygrométrie. Rempotez individuellement les boutures racinées en avril.

Difficulté: semis * bouturage **

Bétula (bouleau, arbre à feuillage caduc)

Pour les variétés à port pleureur, feuillage pourpre ou lacinié, le greffage est indispensable. Écussonnez à œil dormant, en août-septembre, sur des bouleaux de semis, de préférence en tête. Vous pouvez aussi employer la greffe en incrustation en mai, en choisissant comme rameaux greffons des pousses de deux ans qui sont laissées en jauge tout l’hiver. Le greffon doit avoir deux yeux. Ne pas trop serrer la ligature. La greffe doit être appliquée après avoir rabattu le porte-greffe juste au-dessus d’un œil. C’est à cet endroit que la reprise s’effectuera le mieux.

Difficulté : semis ** greffage ***

Buddleia (arbre à papillons, arbrisseau caduc)

Buddleia
Buddleia

Le bouturage de pousses herbacées en juillet (10 cm de long maximum), en terrine couverte et forte humidité, donne d’excellents résultats. Placez la culture dans un endroit ombragé. Rempotez au printemps. Il est aussi possible de réussir des boutures demi-aoûtées, en août, (à talon) prélevées sur des pousses latérales. Des boutures en plançon, prélevées sur les sujets les plus vigoureux, peuvent réussir dans les régions à climat doux.

Difficulté : bouturage **

Buxus (buis, arbuste persistant)

Le bouturage demi-aoûté en août-septembre, avec des petites pousses de 10 cm de long maximum, est une excellente méthode. Piquez les boutures dans une mini-serre contenant un mélange de sable et de tourbe. Repiquez en place au printemps. La division de touffes est une méthode courante sur les buis déjà anciens, utilisés comme bordures. Pratiquez en septembre.

Difficulté : bouturage **

Calluna (bruyère d’été, sous-arbrisseau persistant)

Le bouturage en août, sous abri, dans de la terre de bruyère ou de la tourbe acide est plus rapide. Les rameaux doivent mesurer 5 à 6 cm de longueur et être piqués à 3 ou 4 cm de distance. Enracinement en un mois.

Difficulté : semis **, bouturage

Camellia (camélia, arbuste persistant)

Le bouturage de rameaux demi-aoûtés ou le bouturage d’œil, sous abri et à forte hygrométrie est la méthode de multiplication courante. Utilisez obligatoirement des hormones, l’enracinement est assez long et délicat. Une température moyenne (15°) donne de meilleurs résultats. Le marcottage par couchage est aussi possible chez les sujets les plus buissonnants. L’enracinement est long (comptez un an et demi). Pour les variétés à fleurs doubles ou panachées, le greffage est préférable. Utilisez comme porte-greffe une bouture bien racinée ou un semis de 2 à 3 ans. La greffe se fait de côté sous écorce ou en anglaise simple, en juillet-août. Le greffon doit porter au moins deux feuilles.

Difficulté: bouturage *

Campsis (bignone, plante grimpante)

Le bouturage de racines en octobre-novembre en terrine chauffée donne d’excellents résultats. Les jeunes plants une fois développés sont empotés individuellement. Le bouturage à bois sec est possible, mais il est souhaitable que les boutures passent tout l’hiver sous abri et qu’elles soient chauffées légèrement au printemps. Vous pouvez aussi marcotter (par couchage ou à long bois) en automne et sevrer^ en fin d’année suivante.

Difficulté : bouturage **, marcottage *

Caryopteris (arbuste à feuilles caduques)

Bouturez en juillet-août en prélevant des pousses latérales semi-ligneuses de 10 cm de long, sur les plantes les plus vigoureuses. Faites raciner sous abri, de préférence dans une mini-serre. Rempotez au printemps, mettez en place définitive en novembre.

Difficulté: bouturage **

Catalpa (arbre à feuillage caduc)

Catalpa
Catalpa

Le semis est la méthode classique. Le bouturage de rameaux encore herbacés, en juillet-août, est possible en terrine chauffante (20°). Préférez les boutures à talon. Rempotez les plantes enracinées en automne.
Le greffage est employé pour les variétés à port arrondi (catalpa boule) ou à feuillage doré. Opérez en avril en fente (pour les boules) ou en écusson à œil poussant, sur des jeunes plants de semis (un an). Il est aussi possible de faire une greffe anglaise en février, juste au collet d’un jeune plant. Cette greffe doit être laissée sous abri pendant un mois. N’oubliez pas de la mastiquer.

Difficulté: semis **, bouturage *** greffage ***

Ceanothus (arbuste à fleurs, caduc ou persistant)

Ceanothus
Ceanothus

Les boutures herbacées à talon, prélevées en juillet sur les rameaux latéraux, donnent d’excellents résultats. Elles doivent mesurer 10 cm et être piquées dans une terrine chauffante (18°) remplie d’un compost de sable et de tourbe. Couvrez bien, empotez dès l’automne les pousses racinées et gardez-les à l’abri.

Difficulté : semis **, bouturage ***

Cedrus (cèdre, conifère)

Le greffage est obligatoire pour la plupart des variétés (feuillage bleuté ou doré et port pleureur). Utilisez la greffe en placage (de préférence sous forme de greffe marcotte) en mai-juin ou en septembre-octobre. On préfère Cedrus deodara comme porte-greffe.

Difficulté : semis ***, greffage ***

Chaenomeles (cognassier du Japon, arbuste à feuillage caduc)

Chaenomeles
Chaenomeles

Le semis après un an de stratification donne de bons résultats sur les espèces types. Pour les variétés à grandes fleurs, préférez le bouturage herbacé en juin ou le bouturage demi-aoûté en juillet-août, avec des pousses latérales de 10 cm de long environ. Emploi d’hormones obligatoire. L’utilisation d’une terrine chauffante augmente le pourcentage d’enracinement (comptez 60 à 70 %). Il est très facile de butter la plante en automne en couvrant les rameaux aux 3/4. Les jeunes pousses qui se développeront au printemps seront racines à l’automne ou au printemps suivant.

Difficulté : semis ***, bouturage **

Chamaecyparis (faux cyprès, conifère)

Il est assez rare de cultiver les espèces types, aussi le semis n’est utilisé que pour la production de porte-greffe. Le bouturage est la technique la plus intéressante. Préférez les boutures à talon, effectuées en juillet-août en terrine non chauffante, mais couverte. Il est possible aussi de procéder en mai avec des rameaux herbacés (bien à l’étouffée, dans ce cas). Empotez les boutures individuellement quand elles commencent à se développer. L’utilisation d’hormones est fortement recommandée.
Le greffage est souvent nécessaire pour les variétés les plus originales (feuillage doré, notamment). Il s’effectue en placage par rameau détaché, sur des jeunes sujets aussi bien en pots qu’en pleine terre, dont le diamètre de la tige est de 8 à 10 cm. Opérez de préférence en mai-juin, ligaturez et engluez, et veillez à ce que les plantes ne manquent pas d’eau. Un mois plus tard, il est possible de rabattre le sujet de moitié. Laissez un onglet pour le palissage de la jeune pousse.

Difficulté: semis **, bouturage **, greffage ****

Choisya (oranger du Mexique, arbuste à feuillage persistant)

Faites des boutures demi-aoûtées, courant août, avec des pousses latérales courtes (6 à 8 cm) que vous placerez dans une terrine chauffante contenant un mélange par moitié de sable et de tourbe. En novembre, empotez les boutures racinées individuellement et laissez-les sous abri jusqu’en mai.

Difficulté: bouturage ***

Cistus (ciste, arbuste à feuillage persistant)

Les boutures de tiges non florifères faites en juillet-août (sous châssis ou en terrine légèrement chauffée) donnent de bons résultats fidèles à la variété propagée. Maintenez la protection jusqu’à complet développement du plant.

Difficulté : semis * bouturage **

Clematis clématite, plante grimpante caduque)

Clematis clématite
Clematis clématite

Pour les variétés à grandes fleurs le bouturage en juillet-août de pousses demi-aoûtées à chaud (en terrine chauffante) donne de bons résultats. Laissez bien les plantes à l’étouffée. Utilisez des hormones et prenez garde à la pourriture (évitez de mouiller les feuilles). Enracinement en 4 à 6 semaines, empotage au printemps suivant.
Le greffage est aussi utilisé car il permet une croissance plus rapide et une floraison dès l’année suivante. Greffez en placage sur des racines de Clematis vitalba ou Clematis viticella de deux ans. L’opération s’effectue en février-mars sous abri. Le greffon porte un œil et une pousse, et il est plaqué sur un morceau de racine de 7 à 10 cm de longueur (1/2 cm de diamètre . D ne faut pas mastiquer. Enterrez la greffe dans un compost léger et mettez-la au chaud au moins 20°) pendant un mois. Ne bassinez pas le feuillage, mais laissez à l’étouffée. C’est un mode de multiplication délicat, surtout utilisé par les professionnels.
Le marcottage est possible, par couchage en pot. dans une terre très légère. Il faut vous arranger pour que la culture ne soit pas exposée aux rayons solaires directs. Marcottez au printemps et sevrez l’année suivante.

Difficulté : semis * greffage **** marcottage ***

Cornus (cornouiller, arbuste à feuillage caduc)

Cornus
Cornus

Les variétés panachées de Cornus alba se bouturent en juin. Les boutures herbacées sont placées, à l’étouffée, dans un compost de sable et de tourbe, de préférence au chaud (18°). Emploi d’hormones obligatoire.

Difficulté: semis ***, bouturage ***

Cotoneaster (arbuste à feuilles caduques ou persistantes)

Cotoneaster
Cotoneaster

Le bouturage a l’avantage de produire des plantes sur lesquelles les fruits décoratifs apparaissent plus vite que par le semis. Utilisez-le surtout pour les Cotoneaster persistants. Prélevez des boutures à talon d’une douzaine de centimètres de longueur en août-septembre (pour les espèces persistantes) ou en juin-juillet (pour les caduques). Enracinement en pot ou terrine (avec hormones) assez long. Le rempotage ne se fait qu’au printemps suivant.

Difficulté : semis **, bouturage **

Crataegus (aubépine, arbre caduc à fleurs)

Greffez en écusson à œil dormant sur un semis d’un an, en juillet-août. Pour former des aubépines sur tiges, greffez en écusson un sorbier des oiseaux (Sorbus aucuparia) sur un jeune plant d’aubépine blanche, puis au printemps suivant, greffez la variété en tête, en utilisant la greffe en fente.

Difficulté : semis ***, greffage **

Cupressocyparis (cyprès de Leyland, conifère)

Bouturage en juillet-août de pousses herbacées (10 cm de longueur maximale) en terrine chauffante et à l’étouffée, ou bouturage demi-aoûté en septembre-octobre, sans chaleur de fond. Empotage individuel au printemps. Il est conseillé d’utiliser des hormones.

Difficulté: bouturage **

Cupressus (cyprès, conifère)

Le bouturage en septembre, avec boutures à talon de 10 cm de long prélevées sur des rameaux latéraux, donne des plantes à croissance rapide et régulière. Le greffage en placage n’est utilisé que pour les variétés. Utilisez comme porte-greffe Cupressus sempervirens (notamment pour propager la variété « Stricta »).

Difficulté : semis * bouturage ** greffage ***

Cytisus (genêt, arbuste persistant à fleurs)

Cytisus
Cytisus

Le bouturage est surtout destiné à propager les variétés. Faites raciner de jeunes pousses à l’étouffée, en juillet-août, dans un mélange de sable (2/3) et de tourbe (1/3). Placez la culture dans un endroit mi-ombragé. Empotez les jeunes plantes au printemps suivant.

Difficulté : semis *, bouturage **

Daphne (arbuste à feuillage caduc ou persistant)

Le bouturage est très utilisé, notamment pour les Daphne persistants qui ont du mal à produire des graines fertiles dans certaines régions. Coupez des rameaux florifères en juillet-août (8 cm de long), piquez-les en pots remplis de sable et tourbe, avec un peu d’hormones, et laissez s’enraciner sous abri. Repiquage en pots ou en place au printemps suivant.

Difficulté: semis * bouturage **

Deutzia (arbuste à feuillage caduc)

Le bouturage à bois sec en hiver s’effectue avec les sujets les plus vigoureux. Coupez les rameaux d’extrémités, préparez les boutures et en jaugez-les au pied d’un mur au nord. Plantez au printemps. La croissance est très rapide. Pour les Deutzia les moins vigoureux, le bouturage en juin avec des pousses herbacées donne de meilleurs résultats. Il doit se faire (avec hormones) sous abri, à l’étouffée. Les boutures de juin restent en pots jusqu’à l’automne de la seconde année.

Difficulté : bouturage à bois sec * bouturage d’été **

Eleagnus (chalef, arbuste à feuillage persistant)

Le bouturage demi-aoûté, en août-septembre, est le plus utilisé. Les boutures (simples) mesurent 10 cm de long, elles sont piquées dans des pots contenant du sable et de la tourbe, et mises à l’étouffée. Habillez bien le feuillage, rempotez individuellement au printemps.

Difficulté : bouturage **

Erica (bruyère d’hiver, sous-arbrisseau persistant)

Le bouturage en juillet (avec des petites boutures à talon de 6 à 7 cm de long) est le plus utilisé. Placez la culture sous abri (non chauffé). L’enracinement se produit en un mois. Repiquage individuel en pots au printemps suivant.

Difficulté: semis * bouturage *

Euonymus (fusain, arbuste à feuillage persistant)

Tous les fusains persistants sont propagés par boutures effectuées en août-septembre, à partir de rameaux déjà bien aoûtés. Habillez bien le plant et laissez-le à l’étouffée, sans qu’il ait trop chaud. L’enracinement se fait en 6 à 7 semaines environ. Laissez la culture sous abri tout l’hiver et empotez individuellement les jeunes plantes au printemps.

Difficulté: bouturage **

Fagus (hêtre, arbre caduc)

Fagus
Fagus

Les variétés à feuillage coloré (hêtre pourpre) ou les hêtres pleureurs sont greffés sur un franc de deux ans, en fente simple ou en placage par rameau détaché, d’avril à juin. Le greffon doit être prélevé sur du bois de trois ans pour être suffisamment gros.

Difficulté : greffage ***

Forsythia (arbuste caduc à fleurs)

Le bouturage à bois sec en février avec des rameaux pris sur les pousses d’extrémité est la technique la plus simple. On l’utilise surtout pour Forsythia intermedia. Pour Forsythia suspensa (à rameaux retombants), il est préférable de bouturer en juin avec des rameaux herbacés, sous châssis, à l’étouffée. L’enracinement demande un mois.

Difficulté : bouturage à bois sec * bouturage herbacé ***

Fraxinus (frêne, arbre à feuilles caduques)

Les espèces types sont rarement utilisées au jardin. On les sème toutefois pour obtenir des porte-greffe des variétés décoratives. Les graines sont semées aussitôt après la récolte, la germination s’effectuant au printemps. Les frênes pleureurs sont greffés en fente, en tête, sur un franc de 2 à 3 ans. Opérez en avril en plaçant le greffon à l’extrémité des plus hautes tiges. La greffe en incrustation donne les mêmes résultats. Il est aussi possible d’écussonner les variétés à feuillage décoratif, en juillet, sur des francs de deux ans.

Difficulté : semis * greffage **

Fuchsia (arbrisseau ou sous-arbrisseau semi-rustique)

Les boutures d’été, en fin de floraison, prélevées sur des pousses qui n’ont pas fleuri donnent le meilleur résultat. Piquez-les dans un mélange de sable et tourbe, de préférence en godet individuel. L’emploi d’hormones n’est pas obligatoire. Placez dans une terrine couverte ou sous châssis froid. Laissez sous abri pendant tout l’hiver. Vous pouvez aussi mettre les pieds mères en végétation courant février et prélever en mars-avril les jeunes pousses qui se développent (maximum 10 cm de long). Ce bouturage herbacé doit se faire à chaud (16 à 18°) avec une forte hygrométrie.

Difficulté : bouturage d’été**, bouturage de printemps ***

Genista (genêt, arbuste persistant à fleurs)

Genista
Genista

Les boutures faites en août, dans des terrines de sable et tourbe, donnent des résultats plus rapides. Choisissez des rameaux latéraux et veillez à ce que les boutures ne dépassent pas 10 cm de long. Les jeunes plantes seront rempotées individuellement au printemps suivant.

Difficulté: semis **, bouturage *

Gleditschia (févier, arbre à feuilles caduques)

Les variétés (en particulier à feuillage coloré) sont greffées sur des francs d’un an, en écusson, en juillet. Les rameaux greffons doivent être encore herbacés avec une écorce bien verte. Ligaturez très solidement, car le développement du greffon au printemps est très vigoureux.

Difficulté: semis *, greffage ***

Hamamelis (arbuste caduc)

Le marcottage par couchage donne d’excellents résultats à condition d’être suffisamment patient, les jeunes pousses mettant deux saisons pour s’enraciner. Couchez les rameaux les plus souples en avril en les recouvrant d’une terre très humifère (du terreau forestier de surface ou un mélange de tourbe blonde et de terreau). Faites une incision sous chaque œil qui se trouve enterré, appliquez des hormones.

Difficulté : marcottage **

Hedera (lierre, plante grimpante à feuillage persistant)

Les boutures de lierre s’enracinent très rapidement aussi bien dans l’eau que dans un pot contenant une terre légère. Pratiquez de préférence au mois d’août. Veillez à ce que les plantes ne reçoivent pas d’ensoleillement direct.
Le marcottage est aussi une technique possible, car les lierres à végétation rampante s’enracinent naturellement au contact du sol. Il vous suffit donc de séparer un rameau déjà raciné pour obtenir une nouvelle plante.

Difficulté: bouturage * marcottage *

Hibiscus (arbuste à feuillage caduc)

Hibiscus
Hibiscus

Le bouturage à talon de pousses latérales non florifères, en juillet, est à préférer. Placez les rameaux dans une terrine après avoir enduit leur base d’hormones. Laissez-les à l’étouffée et au chaud (18°) pendant un mois et demi, le temps qu’ils s’enracinent. Faites hiverner sous abri, empotez individuellement en avril-mai.
Les professionnels utilisent la greffe en incrustation ou en anglaise simple sur table, au printemps, sur des porte-greffe obtenus par marcottage en cépée (en été). L’utilisation d’une serre chauffée est obligatoire.

Difficulté : bouturage ” greffage ****

Hippophae (argousier, arbre à feuilles caduques)

Hippophae
Hippophae

Vous pouvez aussi faire des boutures à bois sec, de 20 cm de long, en janvier-février, et les enterrer profondément de manière qu’un seul œil sorte du sol. Il faut, de préférence, utiliser des pieds mères jeunes et vigoureux, et toujours prélever les boutures sur du bois de l’année. Reprise supérieure à 50 %.

Difficulté: semis * bouturage *

Hydrangea (Hortensia, arbuste caduc à fleurs)

Hydrangea
Hydrangea

Le bouturage à bois sec d’Hydrangea paniculata est excellent avec des morceaux de 20 cm de jeunes rameaux coupés en janvier-février et profondément enterrés. Les hortensias à grosses fleurs se bouturent de juin à août avec des pousses herbacées de 8 à 10 cm de long environ, prélevées sur des pousses non florifères. Utilisez des hormones et placez la culture dans une terrine chauffante (18°). Empotez individuellement en novembre. Habillez bien le feuillage de manière à éviter le flétrissement.
Hydrangea petiolaris (l’hortensia grimpant) se marcotte très facilement, parfois même naturellement, par couchage au printemps. Recouvrez la partie enterrée de tourbe spongieuse. Sevrage au printemps suivant.

Difficulté: bouturage à bois sec*, bouturage herbacé **, marcottage *

Hypericum (millepertuis, sous-arbrisseau persistant)

Hypericum
Hypericum

La division est le mode de multiplication le plus simple pour les espèces couvre-sol. Pratiquez en automne ou au tout début du printemps. Remplacez les petites touffes directement en place sur un sol bien préparé. Bouturez le millepertuis arbustif avec des rameaux déjà aoûtés (d’août à octobre). Les boutures doivent avoir deux paires d’yeux, le feuillage qui accompagne les yeux est habillé de moitié. Placez en terrine couverte et empotez individuellement au printemps.

Difficulté: division *. bouturage **

Ilex (houx, arbuste à feuillage persistant)

Ilex
Ilex

Prélevez des boutures à talon, en juillet-août, de 6 à 10 cm de longueur, sur des rameaux demi-aoûtés. situés en extrémité de branches. Habillez le feuillage et n’oubliez pas d’utiliser des hormones. Placez dans une terrine contenant 2/3 de tourbe blonde et 1/3 de sable, laissez à l’étouffée. Gardez tout l’hiver sous châssis froid, empotez individuellement les jeunes pousses en avril.
Le marcottage est possible avec de jeunes plantes, par couchage au printemps dans un sol tourbeux. L’enracinement se produit en deux ans, les jeunes plantes ainsi obtenues sont souvent assez fragiles juste après le sevrage.

Difficulté: bouturage ** marcottage **

Jasminum (Jasmin, plante grimpante)

Il est facile de marcotter les plus longues pousses sarmenteuses par couchage en septembre, le sevrage intervenant l’année suivante à l’automne. Les boutures demi-herbacées prises en juillet et mises à raciner sous abri donnent de bons résultats, mais il faut prévoir de les placer dans un coffre chauffé ou une serre tempérée (minimum 7°) pendant l’hiver pour les espèces non rustiques (en particulier Jasminum officinale).

Difficulté: marcottage * bouturage ***

Juniperus (genévrier, conifère)

Juniperus
Juniperus

Les variétés les plus courantes se bouturent à talon en septembre-octobre. Enduisez la base avec des hormones et placez dans une terrine couverte, contenant un mélange de sable et tourbe par moitié. Les boutures doivent être courtes (6 à 8 cm).
Le marcottage est utilisé pour les espèces traçantes, en ramenant de la terre sableuse enrichie de tourbe autour d’une branche (pas plus de deux marcottes par plante). Opérez au printemps, sevrez l’année suivante.

Difficulté: semis **, bouturage **, marcottage **

Kerria (arbuste caduc à fleurs)

Le bouturage de rameaux herbacés en juillet ou demi-aoûtés mi-août à septembre est le procédé le plus courant. Les boutures doivent mesurer une dizaine de centimètres de longueur et être piquées dans une terrine remplie de sable et de tourbe. Mettez à l’étouffée et découvrez une fois la reprise effectuée (un mois après). Les jeunes plantes sont laissées dans leur terrine pendant tout l’hiver, sous châssis froid, puis empotées au printemps.

Difficulté: bouturage **

Labumum (cytise, arbrisseau caduc, à fleurs)

Le bouturage à bois sec est possible notamment avec Labumum X. Vossii. Prélevez les boutures de 20 à 25 cm de long, au début de mars, taillez la base en biseau très allongé à l’opposé d’un œil et badigeonnez la plaie d’hormones. L’enracinement est assez irrégulier.
La plupart des variétés à grandes fleurs se multiplient par greffage (de même que les plantes à port pleureur) sur un cytise issu de semis (un ou deux ans), en écusson, en juillet-août (pour les formes arbustives) ou en fente, en tête, en avril pour les arbres sur tige. Pour réussir la greffe en tête, il faut prévoir un œil à l’opposé du greffon, qui servira d’appel sève. Les greffons pour les greffes en fente sont prélevés à l’automne et en jaugés, complètement enterrés dans du sable pendant tout l’hiver.

Difficulté: semis ”, bouturage ***, greffage ***

Laurus (laurier-sauce, arbuste à feuillage persistant)

Bouturez à talon en août-septembre, en prenant des boutures de 10 cm sur les pousses latérales de l’année. Piquez-les dans une terrine chauffante contenant uniquement du sable de rivière. L’enracinement demande deux mois, il peut toutefois être hâté par l’emploi d’hormones. Laissez passer l’hiver sous abri et empotez individuellement en avril. La pousse est assez lente.
Le marcottage par couchage de jeunes branches basses est possible en juin-juillet, le sevrage interviendra à l’automne de l’année suivante. Faites une entaille dans le bois à l’opposé des yeux et enduisez la plaie d’hormones.

Difficulté : bouturage ” marcottage **

Lavandula (lavande, sous-arbrisseau à fleurs)

Les boutures herbacées prélevées en juin sur les jeunes pousses et mises sous verre, donnent de bons résultats si elles sont suffisamment petites (5 à 6 cm). Repiquez en godets individuels en octobre. Les boutures demi-aoûtées prélevées sur des rameaux non florifères en août-septembre mesurent 10 cm de long, elles s’enracinent bien à l’étouffée. Le repiquage en pots intervient au printemps suivant.

Difficulté : bouturage *

Ligustrum (troène, arbuste à feuilles caduques ou persistantes)

Seul le bouturage permet d’avoir des plantes de croissance régulière, intéressantes pour faire des haies (le semis possible pour les espèces donne des sujets bien trop disparates). Les boutures feuillées et aoûtées s’effectuent en septembre-octobre. avec des pousses d’extrémité (15 à 20 cm de long). Piquées dans une terrine remplie de sable et de tourbe, elles reprennent à près 100 %. Habillez bien le feuillage (1/3). Repiquage en pleine terre en avril-mai de l’année suivante les boutures à bois sec sur les espèces caduques sont piquées en pleine terre (sous tunnel en plastique, c’est plus prudent) en mars. Elles mesurent 30 cm de long et sont enterrées aux 2/3.

Difficulté: bouturage aoûte * bourrage à bois sec **

Liquidambar (arbre copalme à feuillage caduc)

Liquidambar
Liquidambar

Sur les jeunes plantes vous pouvez essayer le marcottage par couchage, en automne, mais il faut deux ans avant que les rameaux prennent racine. En revanche, la variété est parfaitement reproduite.

Difficulté: semis ** marcottage **

Lonicera (chèvrefeuille, arbuste ou plante grimpante, caducs ou persistants)

Lonicera
Lonicera

Les chèvrefeuilles grimpants se marcottent très simplement à l’automne par couchage en serpenteau ou à long bois (cette dernière technique est fort efficace). L’année suivante, sevrez. Si plusieurs parties sont enracinées, vous pouvez les séparer et utiliser chacune comme une nouvelle plante.
Les espèces arbustives ou grimpantes peuvent se bouturer très facilement, en juillet-août, avec des pousses de 10 cm de long pour les espèces persistantes, en janvier-février, avec des rameaux de 30 cm de long pour les espèces caduques. Pour le bouturage à bois sec, il est bon de prélever les boutures sitôt la chute des feuilles et de les enjauger au jardin dans du sable.

Difficulté : marcottage* bouturage aoûté* bouturage à bois sec **

Magnolia (arbre ou arbuste, à feuilles persistantes ou caduques)

Magnolia
Magnolia

Le bouturage est la technique la plus utilisée par les professionnels. Ils pratiquent souvent la bouture d’œil (une feuille et son œil) en serre, sous brouillard. Le marcottage semble la solution la plus appropriée pour l’amateur en couchant des basses branches dans un sol tourbeux, en août-septembre. L’enracinement peut demander deux saisons.

Difficulté: semis **, bouturage ****, marcottage **

Mahonia (arbuste à feuillage persistant)

Le marcottage est facile pour les petites quantités, mais il faut deux ans aux branches pour s’enraciner. Pratiquez en mai-juin, et utilisez des hormones.
Le bouturage entre juillet et septembre est possible, mais l’enracinement est fort long. Utilisez obligatoirement des hormones, et choisissez de préférence les boutures sur des pousses principales (et non sur les rameaux latéraux comme il est conseillé pour la majorité des arbustes).

Difficulté : semis ** marcottage **, bouturage ***

Malus (pommier décoratif, arbre caduc à fleurs)

Malus
Malus

Toutes les variétés sont greffées en pied, en écusson, en juillet-septembre, sur des francs de deux ans environ. Vous pouvez greffer en tête, en fente, en mars-avril, si l’écusson n’a pas repris.

Difficulté : semis * greffage ***

Nerium (laurier-rose, arbuste persistant à fleurs)

Nerium
Nerium

Le bouturage dans l’eau pendant la période de végétation, de rameaux jeunes, herbacés et non florifères, est l’opération la plus aisée pour l’amateur. Les racines apparaissent après un mois. Le bouturage demi-herbacé, en juillet, est tout à fait possible dans des pots individuels remplis d’un mélange de sable et de tourbe. Utilisez des hormones et faites raciner de préférence au chaud (dans une terrine chauffante, à 18° environ).

Difficulté : bouturage dans l’eau * bouturage -demi-herbacée **

Olea (olivier, arbre persistant)

Le bouturage à bois sec est excellent. Les boutures de 30 cm de long sont prélevées sur des rameaux de trois ans, puis stratifiées à plat complètement recouvertes de sable. Au printemps, elles sont piquées en pépinière, enterrées aux 2/3.
Le greffage est le mode de multiplication le plus utilisé, les porte-greffe sont des francs de dix-huit mois à deux ans, greffés en écusson, à œil poussant, en avril-mai.
L’olivier ayant tendance à émettre des rejets, il est parfaitement possible de séparer ces drageons à l’automne et de les mettre en place mais leur croissance n’est pas toujours excellente.

Difficulté: semis** bouturage* division **

Osmanthus (arbuste à feuillage persistant)

Le marcottage par couchage, en septembre, est très simple sur les pieds mères touffus, mais il faut souvent plus d’un an avant que les racines se développent. On préfère donc le bouturage à talon, en septembre, à l’étouffée, dans du sable et de la tourbe, en utilisant des hormones. La reprise est encore meilleure avec un petit chauffage de fond (18°).
L’hivernage des jeunes plants doit se faire sous abri très légèrement chauffé, car ils sont assez fragiles.

Difficulté: marcottage **, bouturage ***

Paeonia (pivoine, sous-arbrisseau à fleurs)

Avec les variétés très doublées formant peu ou pas de graines, le semis est rarement possible. Pour les espèces botaniques, on peut tenter l’expérience, mais une stratification pendant un an est nécessaire. Semez en septembre dans une terrine couverte, repiquez individuellement en godets en mai suivant. Les premières fleurs apparaissent sur des plantes de 5 à 6 ans.
Pour l’amateur, la division de touffes est certainement la solution la moins périlleuse, mais elle concerne surtout les espèces herbacées car les pivoines arbustives donnent assez peu de branches depuis la souche. La séparation s’effectue fin septembre.
Le marcottage est possible pour les pivoines en arbre, en maintenant bien le rameau couché au moyen de cavaliers de fil de fer. L’enracinement se produit après deux saisons. Opérez de préférence en septembre.
Le greffage s’effectue sur Paeonia lactiflora. Le porte-greffe est constitué de fragments de racines fortes de 10 cm de long, munies de leur chevelu. Le greffon est un morceau de pousse herbacée comprenant un œil. On pratique la greffe en incrustation, en août-septembre, chaque greffe étant placée en pot. Il faut planter suffisamment profondément pour que l’assemblage soit enterré, ce qui évite son dessèchement.

Difficulté: semis**, division** marcottage** greffage ****

Parthénocissus (vigne vierge, plante grimpante à feuilles caduques)

Le bouturage à bois sec en crossette ne pose pas de problème, mais il faut couper les rameaux dès la chute des feuilles et les enjauger dans du sable, pour les planter définitivement en février-mars, un seul œil émergeant au-dessus du sol. Il est également possible de faire des boutures en crossette en septembre-octobre et de les placer dans des pots individuels sous abri, elles racinent plus vite, si on dispose d’un chauffage de fond.
Les variétés à grandes feuilles comme Parthénocissus tricuspidata « Veitchii » sont greffées en incrustation en serre sur Parthénocissus quinquefolia (une bouture racinée). Le greffon est une pousse d’un an (pas trop chétive). Cette technique se pratique en février-mars, chaque greffe est empotée et mise sous abri.
Le marcottage en serpenteau donne d’excellents résultats s’il est pratiqué en octobre-novembre, après torsion des parties laissées sous terre. Le sevrage s’effectue à l’automne suivant.

Difficulté : bouturage **, greffage **** marcottage *

Paulownia (arbre à feuilles caduques)

Le bouturage de racines s’effectue au printemps. en pots individuels, avec des fragments de 10 cm (1 cm de diamètre) piqués verticalement dans un compost sableux. Placez à chaud pendant un mois.

Difficulté : semis *, bouturage **

Pélargonium (géranium, sous-arbrisseau à fleurs)

Le bouturage demi-aoûté en septembre-octobre, à la fin de la floraison, permet de rajeunir les souches et de conserver plus facilement les plantes d’une année sur l’autre. Choisissez des extrémités non florifères de 15 à 20 cm de longueur, et enterrez la tige aux 2/3 de sa longueur dans un pot rempli de sable et de tourbe. Vous pouvez utiliser des hormones, mais ce n’est pas indispensable.
Les boutures sont maintenues sous abri, jusqu’à leur mise en place définitive en mai.

Difficulté: semis ***, bouturage **

Philadelphus (seringat, arbuste à feuilles caduques)

 Philadelphus

Philadelphus

Les boutures à bois sec, de 25 cm de long, prélevées en décembre, sont mises en jauge dans du sable (vous pouvez les regrouper en bottes).
Au printemps, piquez-les en pleine terre en les enterrant aux 3/4 de leur longueur. Pousse très rapide.
Le marcottage en cépée donne d’excellents résultats. Le pied mère est rabattu à l’automne et recouvert d’une butte de terre légère (30 cm d’épaisseur). Au printemps, les jeunes pousses qui se développent vont s’enraciner dans la partie enterrée. Sevrage à l’automne suivant.

Difficulté : bouturage **, marcottage **

Picea (sapin, conifère)

Picea, sapin, conifère
Picea

Le greffage est pratiqué, pour les « sapins bleus », de côté sous écorce ou en placage, en août-septembre. Le porte-greffe est un franc de deux ans de l’espèce à laquelle appartient la variété. Il est empoté et le greffon bien attaché sans être mastiqué. Vous pouvez mettre sous film plastique individuel chaque greffe ou les placer dans un châssis bien humide. Les greffons sont toujours prélevés sur des extrémités de rameaux verticaux.

Difficulté : semis **, greffage ****

Pieris (Andromède, arbuste à feuillage persistant)

Des boutures demi-aoûtées de 6 à 8 cm de long prélevées en août et mises à l’étouffée donnent de bons résultats avec des hormones. Utilisez uniquement les pointes des rameaux bien aoûtés et surtout pas les pousses trop tendres qui périclitent rapidement. Empotez individuellement en avril-mai dans un compost acide (terre de bruyère).

Difficulté: semis * bouturage **

Pinus (Pin, conifère)

Pinus
Pinus

La quasi-totalité des Pinus se multiplient par semis. Le greffage n’est utile que pour certaines variétés, on utilise la greffe en placage, en hiver, sous abri. Le porte-greffe sera un franc de l’espèce. Il est possible de greffer de côté, sous écorce, en février-mars.

Difficulté : semis * greffage ****

Pittosporum (arbuste persistant)

Bouturez en juillet des pousses latérales de 10 cm de longueur, en terrine chauffante, et à l’étouffée. Maintenez le chauffage de fond à 18°. L’utilisation d’hormones est recommandée. de même que l’habillage de la moitié du feuillage. Empotez les jeunes plants individuellement, en octobre, et maintenez-les sous abri. Le semis en mars sous abri, après nettoyage des graines est assez long à germer, et les plants obtenus ont une croissance lente.

Difficulté: semis **, bouturage **

Platanus (platane, arbre à feuilles caduques)

Le bouturage à bois sec, de préférence en crossette, en février-mars, est le plus employé. Les boutures peuvent être prélevées en automne et mises en jauge dans du sable pour être plantées, enterrées aux 2/3, en place dans un sol léger. Le démarrage est lent, mais ensuite la pousse est très rapide.

Difficulté : semis ***, bouturage **

Polygonum (renouée, plante grimpante)

Marcottez les longues tiges au printemps et sevrez à l’automne. Vous pouvez même faire des marcottes en serpenteau tant la plante est vigoureuse. Reprise assurée.
Le bouturage à bois sec est facile avec des morceaux de rameau de 25 cm de longueur piqués dans des pots individuels placés sous abri, en novembre. Utilisez des rameaux assez vigoureux.

Difficulté: marcottage * bouturage **

Populus (peuplier, arbre à feuilles caduques)

La faculté d’enracinement de cette plante est telle, qu’il suffit de couper un rameau d’un an, une fois les feuilles tombées, et de le piquer dans le sol (enterré d’au moins 20 cm) pour qu’il reprenne dès le printemps. Ces boutures en plançons gagneront à être taillées en leur extrémité afin de mieux pénétrer dans la terre.

Difficulté bouturage *

Potentiila (potentille, arbuste à feuillage caduc)

Bouturez en juillet des petites pousses d’extrémités (6 à 8 cm) dans une terrine remplie de sable et de tourbe, bien à l’étouffée. Empotez en godets individuels en octobre. Mettez en place dès le mois de mai suivant. Le marcottage des espèces les plus buissonnantes réussit toujours. Couchez les rameaux, en octobre, et sevrez à l’automne suivant.

Difficulté : bouturage ** marcottage *

Prunus (prunier, cerisier d’ornement, Laurier du Caucase ou du Portugal. Arbres ou arbustes, caducs ou persistants)

Prunus, prunier
Prunus

Les lauriers (Prunus laurocerasus et Prunus lusitain) se bouturent, en août-septembre, à partir de rameaux de l’année de 25 cm de long dont le feuillage est habillé très court (coupez les 3/4). Piquez les boutures (avec hormones) dans des pots profonds, en enterrant au moins les 2/3 du rameau. Maintenez à l’étouffée. Repiquage en pots individuels au printemps suivant.
Pour les cerisiers et pruniers décoratifs, le greffage en écusson en juillet sur prunus avium (merisier) est à préférer. Pour les sujets pleureurs, la greffe en fente, en tête, en mars-avril donne les meilleurs résultats (même porte-greffe).

Difficulté: bouturage ** greffage ***

Pyracantha (buisson ardent, arbuste à feuillage persistant)

 Pyracantha

Pyracantha

Prélevez les boutures à talon, de 10 cm de long, en août-septembre et mettez-les en pots dans un mélange de sable et de tourbe. Placez la culture à la maison ou en serre chauffée (18°), à l’étouffée. Les boutures plus tardives (en octobre) plantées en terrine racinent bien, à condition d’être maintenues sous châssis froid.

Difficulté: bouturage **

Quercus (chêne, arbre à feuilles caduques)

Le greffage est employé pour certaines variétés. Le porte-greffe est un semis de deux ans de l’espèce type. Le greffage s’effectue, en incrustation, en juillet. Il est bon de greffer la plupart des chênes à feuillage rouge et lacinié, ainsi que les chênes verts qui tous se multiplient mal par semis. Les greffons doivent être prélevés sur du bois de deux ans.

Difficulté: semis *, greffage ****

Rhododendron (arbuste caduc ou persistant à fleurs, exemple : les azalées)

Rhododendron
Rhododendron

Le semis est juste utilisé pour l’obtention de porte-greffe ou de nouveaux hybrides. Le bouturage convient bien aux azalées et à certains rhododendrons hybrides. Pratiquez en juillet-août en prélevant des pousses d’extrémité non florifères de 10 à 15 cm de longueur. Avec la pointe du greffoir retirez un peu d’écorce (sur 3 cm environ) à la base de la bouture. Enduisez toute la plaie d’hormones. Piquez dans du sable et de la tourbe, arrosez copieusement et placez à l’étouffée, de préférence avec un peu de chauffage de fond (18°). Les professionnels utilisent beaucoup la technique de brumisation et de brouillard pour augmenter l’hygrométrie et avoir des résultats intéressants.
La reprise est toujours délicate. Laissez la culture sous abri jusqu’au printemps suivant, où les plantes reprises seront empotées individuellement (dans de la terre de bruyère légère).
Le marcottage est la meilleure technique pour l’amateur. Il doit être pratiqué avec des plantes mères déjà bien touffues. En juillet, couchez les branches basses et maintenez-les en place au moyen de piquets en bois. Couvrez de terre légère. Le sevrage interviendra à l’automne de l’année suivante, mais vérifiez bien que les racines sont sorties car c’est parfois long.
Le greffage est le mode de multiplication le plus usité par les professionnels pour la plupart des hybrides à grandes fleurs. Il s’effectue en placage, à la mi-juillet, sur des francs de rhododendron ponticum de trois ans au moins. Ces porte-greffe(en pots) doivent avoir subi plusieurs rempotages de manière à offrir un système radiculaire puissant. On ligature avec de la laine et il n’est pas nécessaire d’engluer. Une fois les greffes terminées, placez les plantes sous abri pendant un mois.

Difficulté : bouturage ****, marcottage **. greffage ****

Rhus (sumac, arbrisseau caduc)

Rhus
Rhus

Les boutures de racines prennent très bien au début du printemps, en pots et à chaud. Piquez-les verticalement. Les Rhus émettant souvent des rejets, il est très facile de les séparer en octobre, en cherchant à prélever un maximum de racines.

Difficulté: semis *** bouturage *** division *

Ribes (groseillier à fleurs, arbuste caduc)

Ribes
Ribes

Faites des boutures à bois sec vers la fin septembre. Effeuillez le rameau (il doit mesurer 25 cm) et piquez-le dans un sol léger de manière qu’il n’émerge plus qu’un seul œil. Couvrez avec un tunnel en plastique ou une cloche.
Le marcottage par couchage est également possible en juillet, en choisissant des rameaux parmi les plus florifères (sinon les plantes obtenues fleurissent mal). Sevrage à l’automne suivant.

Difficulté : bouturage **, marcottage **

Robinia (acacia, faux acacia, arbre à feuilles caduques)

Robinia
Robinia

Pour les variétés comme « Casque Rouge », il est indispensable de greffer. Vous pouvez écussonner en juillet, ou mieux faire une greffe de côté, sous écorce ou en anglaise simple, en mars-avril, sur un porte-greffe d’un an. Elle peut se faire en tête ou en pied selon la forme désirée par la suite.

Difficulté : semis **, greffage ***

Rosa (rosier, arbuste caduc à fleurs)

Le bouturage à bois sec des rosiers botaniques, anciens, voire de certaines variétés modernes se fait en décembre, pour le prélèvement des rameaux. Les boutures ont 25 cm de long et sont réunies en bottes, et mises en jauge au pied d’un mur orienté vers le nord. Elles sont piquées en place (légèrement en oblique), courant mars, espacées de 15 cm les unes des autres.
Le greffage est la méthode la plus employée. utilisez l’écussonnage, à œil dormant, en juillet-août. Pour les tiges et les pleureurs, la greffe en fente, en avril, est très valable (on greffe souvent un intermédiaire en écusson pour faire la tige).

Difficulté: semis ** bouturage * greffage ***

Rosmarinus (romarin, arbuste à feuillage persistant)

Bouturez des jeunes pousses non florifères (de préférence d’extrémité) en juillet-août. Les boutures peuvent mesurer jusqu’à 15 cm de long. La reprise est excellente en petits godets de tourbe, dans un mélange sableux. Hormones inutiles. Faites hiverner sous châssis froid.

Difficulté : bouturage *

Rubus (ronce d’ornement, plante grimpante caduque)

La division des touffes est un procédé fort simple. Opérez de préférence pendant le repos de la végétation. Il suffit d’un rejet avec quelques racines pour faire une nouvelle plante.
Le marcottage en juillet, par couchage des longues branches sarmenteuses (vous pouvez faire une marcotte à long bois), est très facile, le sevrage peut intervenir dès le printemps suivant. Les boutures herbacées prélevées en juin, de rameaux latéraux (il ne faut pas qu’ils présentent trop de moelle) constituent le moyen de propagation employé par les professionnels. Il est également possible de faire des boutures de racines en pots.

Difficulté : division * marcottage *, bouturage **

RUSCUS (fragon, petit houx, arbuste à feuillage persistant)

La division en avril est sans problème, la plante ayant une tendance naturelle à s’étendre en largeur. Conservez au moins trois pousses par touffes.

Difficulté: division *

Salix (saule, arbre d’ornement à feuilles caduques)

Salix
Salix

Tous les rameaux prélevés en hiver s’enracinent rapidement au printemps. Utilisez le bouturage en plançon, avec des tiges de 60 à 80 cm que vous taillerez en pointe pour les faire pénétrer d’au moins la moitié de leur longueur en terre. Il est bon de mettre en jauge les boutures tout l’hiver et de ne les planter qu’au printemps.

Difficulté: bouturage *

Sambuois (sureau, arbuste à feuillage caduc)

Les variétés à feuillage doré ou lacinié seront bouturées en novembre après la chute des feuilles. Il faut choisir des jeunes pousses avec le moins de moelle possible. Les boutures herbacées prises au début juillet, (à talon) et mises à raciner sous châssis donnent souvent de meilleurs résultats.

Difficulté: semis *, bouturage **

Santolina (santoline, sous-arbrisseau persistant)

La division des touffes est un procédé simple et efficace. Procédez au printemps en veillant à ne pas blesser les racines. Vous pouvez rabattre les pointes des tiges pour faciliter le redémarrage de la végétation.

Difficulté : division *

Senerio (séneçon, arbuste à feuillage persistant)

Bouturez en août-septembre, en prélevant des rameaux semi-ligneux sur les pousses latérales. Les boutures auront 6 à 8 cm de long. Piquez-les dans des pots contenant un mélange de sable et tourbe blonde, maintenez à l’étouffée. Laissez sous abri tout l’hiver. Rempotez individuellement en mai.

Difficulté : bouturage **

Skimmia ( arbuste à feuillage persistant)

Skimmia
Skimmia

Bouturez en août des rameaux latéraux de 10 cm de long, de préférence munis d’un talon. N’oubliez pas les hormones.
Repiquez en terrines en novembre et hivernez sous abri.

Difficulté : semis * bouturage **

Sophora (arbre à feuilles caduques)

Le greffage est obligatoire pour la variété à port pleureur (Sophora japonica « Pendula »). Le porte-greffe est un sophora de semis âgé de deux ans. Greffez en incrustation en mars-avril, ou en écusson en juillet-août. Placez au moins trois écussons, car la reprise est souvent délicate.

Difficulté : semis ** greffage ***

Sorbus (sorbier, arbre à feuilles caduques)

Sorbus
Sorbus

Le greffage donne des plantes beaucoup plus fructifères que le semis. Il se fait en écusson en juillet sur aubépine ou sorbier de semis. Pour obtenir des tiges, on préfère parfois la greffe en incrustation en tête, en avril. Le greffage sur franc de poirier est également possible.

Difficulté: semis **, greffage ***

Spiraea (spirée, arbuste à feuillage caduc)

La plupart des spirées formant des touffes abondantes avec de multiples rejets, la division est une méthode logique de multiplication. Opérez de préférence en mars, juste avant le départ de la végétation. Les boutures demi-aoûtées, en juillet-août, se plantent dans une terre légère, directement sous châssis froid. Utilisez des rameaux de 10 cm environ, de préférence assez tendres. Empotez au printemps suivant.

Difficulté: division * bouturage **

Symphoricarpos (symphorine, arbuste à feuillage caduc)

La division de touffes est un procédé intéressant pour l’amateur. Opérez en automne, en séparant les plus jeunes rejets de la plante-mère. Si les pousses sont petites, cultivez-les en pots pendant un an.

Difficulté: semis * division *

Syringa (lilas, arbrisseau à feuillage caduc)

Syringa
Syringa

Le marcottage aérien est un procédé très accessible pour l’amateur. Incisez l’écorce et maintenez la fente ouverte par une petite allumette, enduisez de poudre d’hormones et enveloppez cette partie dans un manchon de mousse humide maintenu par un sac plastique. Opérez au printemps et sevrez à l’automne. L’avantage c’est que les lilas ainsi obtenus drageonnent peu.
Le bouturage est possible entre mai et août, mais il faut disposer d’un système de brumisation (mist system) ou de brouillard (Fog) car les plantes ont besoin d’une forte hygrométrie. Hormones obligatoires.
Le greffage est la technique la plus employée pour propager les variétés à grandes fleurs. Écussonnez à œil dormant sur le lilas de semis, ou troène, début juillet de préférence. Le diamètre du porte-greffe ne doit pas dépasser un centimètre. Posez l’écusson à 10 cm du sol et couvrez complètement la greffe en la buttant avec de la terre légère qui sera laissée 10 jours en place. Travaillez par temps sec.

Difficulté: marcottage ** bouturage ****, greffage ***

Tamarix (tamaris, arbuste à feuillage caduc)

Bouturez à bois sec en février-mars, en utilisant des rameaux d’un demi-centimètre de diamètre. Mélangez du sable à la terre d’origine. Laissez en place jusqu’au printemps suivant, époque à laquelle les plantes sont arrachées et mises en place définitive.

Difficulté: bouturage à bois sec *

Taxus (if, conifère)

Les boutures à talon poussent plus vite. Elles sont réalisées en août-septembre. Les rameaux mesurent 8 cm de long maximum et sont piqués dans une terrine chauffante. Ils passent tout l’hiver à 15 ou 16°, avec une bonne hygrométrie, et s’enracinent au printemps. L’emploi d’hormones est nécessaire.

Difficulté: semis ** bouturage ***

Thuya (conifère)

Le bouturage demi-aoûté en août-septembre donne des plantes plus régulières. Préférez les boutures à talon, de préférence, sur des pousses verticales d’extrémité. Elles doivent mesurer 10 à 15 cm. Laissez-les dans une terrine bien couverte pendant 45 jours environ, le temps qu’elles s’enracinent. Hivernez sous châssis froid, empotez individuellement au printemps suivant.

Difficulté: semis **, bouturage **

Tilia (tilleul, arbre à feuillage caduc)

Le greffage est très employé pour propager les variétés. Utilisez comme porte-greffe des francs de Tilia platyphylla âgés d’un an. Écussonnez en juillet-août.

Difficulté : semis **, greffage ***

Ulmus (orme, arbre à feuillage caduc)

Ulmus
Ulmus

On ne multiplie plus guère les ormes en raison de la maladie qui les frappe (graphiose). Vous pouvez marcotter en septembre, en couchant les jeunes branches basses, et en les maintenant solidement dans le sol. Il faut deux ans pour que l’enracinement soit bon.
Le bouturage de racines (assez fines) est possible en février-mars, sous abri. Les fragments de 6 à 7 cm de long sont piqués verticalement en pots contenant un mélange de sable et de tourbe. Couvrez d’un film en plastique après avoir bien arrosé. Les premières pousses apparaissent après un mois et demi.

Difficulté: marcottage **, bouturage ***

Viburnum (viorne, boule de neige, arbuste à feuillage caduc ou persistant)

Viburnum
Viburnum

Le bouturage, en août-septembre, des espèces à feuillage persistant ne pose pas de problème, en prélevant des boutures à talon de 10 cm sur des rameaux latéraux. Laissez à l’étouffée un mois. Les boutures d’œil donnent de bons résultats avec les espèces à feuillage caduc. Coupez les yeux avec deux cm de bois, entaillez en dessous et posez dans un pot contenant du sable et de la tourbe ou en terrine, de préférence, chauffante.
Le marcottage en juin est la méthode la plus aisée pour les amateurs. Couchez les rameaux souples et couvrez-les de terreau. Sevrez en mai suivant.

Difficulté : semis *** bouturage *** marcottage *

Vinca (pervenche, sous-arbrisseau persistant)

La division est très facile, les touffes étant souvent assez fortes et émettant beaucoup de rejets. Opérez en automne ou au début du printemps.
Les plantes ont aussi tendance à marcotter naturellement, il est donc aisé de se procurer des rejets.

Difficulté: division * marcottage

Weigela (weigelia, arbuste à feuillage caduc)

Les boutures à bois sec s’enracinent surtout en terrine chauffante. Elles doivent mesurer 25 cm de long. Le pourcentage de reprises est moins bon que pour les boutures herbacées réalisées, en juin, en terrine couverte (avec une forte hygrométrie). Laissez la culture telle qu’elle pendant une année et empotez individuellement au printemps suivant.

Difficulté: bouturage à bois sec ** bouturage herbacé *

Wisteria (glycine, plante grimpante à feuilles caduques)

Le marcottage à long bois ou en serpenteau est un procédé simple et efficace. En mars, couchez un rameau d’un an dans un sol léger, et sevrez en automne. Le marcottage à long bois donne un ensemble de pousses racinées qu’il faut diviser avant de les mettre en pots, et leur faire passer l’hiver sous châssis froid.
Le greffage en anglaise sur fragment de racine est une méthode à réserver aux professionnels.

Difficulté: marcottage **, greffage ****

Yucca (arbuste à feuillage persistant)

Yucca
Yucca

La division des touffes au mois d’octobre-no-vembre est très facile. Vous pouvez aussi prélever les nombreux rejets qu’émettent les plantes adultes. Les rhizomes étant très charnus, il est bon de les protéger par un mastic cicatrisant pour qu’ils ne risquent pas de pourrir au moment de la reprise. Si les racines sont peu abondantes, sur les rejets, liez les feuilles ensemble, et placez la jeune pousse en pot couvert par -on film en plastique.

Difficulté : division * bouturage **

About the author

hadd62

Add Comment

Click here to post a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Follow us

Don't be shy, get in touch. We love meeting interesting people and making new friends.